Au cours du 1er trimestre 2017, la balance commerciale algérienne était en déficit de 2,7 milliards de dollars. L’évaluation des importations comprend aussi l’assurance et le fret (CAF). Les exportations sont, elles, évaluées FOB (sans assurance et sans fret). Le déficit de la balance FOB-FOB sera donc moindre.  La balance des services est, elle, traditionnellement déficitaire (voir celles de 2015 et 2016 au tableau ci-contre). 

Evolution de la balance des paiements algérienne 2015-2016
  2015 2016
Solde extèrieur courant -27,29 -26,31
Balance commerciale -18,08 -20,38
      Exportations (FOB) 34,57 29,05
      Importations (FOB -52,65 -49,44
Services hors revenus des facteurs -7,52 -7,16
Revenus des facteurs nets -4,45 -1,47
Transferts nets 2,77 2,7
Solde du compte de capital -0,25 -0,28
Solde global -27,54 -26,59
 

Unité : milliards de dollars
Source : Banque d’Algérie

Celle des paiements des revenus  des facteurs aussi, mais le déficit de cette dernière est compensé par une balance des transferts positive.  Sur cette base on peut dire que si la tendance du premier trimestre se poursuit, on devrait s’attendre à une importante baisse du déficit de la balance des paiements cette année. Le solde de la balance des paiements est en effet déterminé principalement par la balance courante. La balance des capitaux algérienne étant en effet pratiquement équilibrée. Il faut toutefois bien voir que ces résultats ne découlent pas de la mise en place en place de réformes, mais bien de la conjoncture mondiale (relativement bonne tenue des prix pétroliers au premier semestre, prix à l’importation exprimés en dollars en baisse). Il faut noter en outre que les volumes d’hydrocarbures exportés ont cru relativement fortement.  Dans un tel contexte il est difficile de faire apparaitre l’impact des mesures internes telles que la mise en place des quotas ou bien la dépréciation du DA.